Apprendre et vivre l‘interculturalité

Apprendre et vivre l‘interculturalité

12 avril 2022 Sebastian Jüngel 3467 vues

La diversité révèle à quel point des notions telles que ‹ Christ ›, ‹ goethéanisme ›, ‹ réincarnation et karma › sont différemment vécues. Le programme Goetheanum Adult Education offre aux formateurs présentant l‘anthroposophie un espace d‘échanges sur ces notions.


« La conception du Christ de Rudolf Steiner n‘est pas confessionnelle ; sa thématisation peut cependant être d’abord comprise comme une représentation religieuse et chrétienne ». C‘est ainsi que Robin Schmidt, enseignant au sein du programme de formation pour adultes au Goetheanum, résume un dilemme. Le collège des enseignants en a fait l‘expérience : ne sont mis en rapport avec le mot Christ ni une confession, ni des institutions, ni des cultures ou un récit, et dans le cas d‘existences sans lien avec le spirituel, souvent quasiment rien. C‘est un vrai défi pour les enseignants des institutions anthroposophiques, car l‘anthroposophie étant née historiquement dans le monde idéel et conceptuel d‘un environnement confessionnel chrétien, « il faut d‘abord permettre l‘accès à ces éléments de base propres aux professions et aux inspirations anthroposophiques », poursuit Robin Schmidt.

La collaboration entre participants issus de cultures, de modes de vie et de professions différentes permet d‘actualiser en permanence la diversité. Stefan Langhammer, membre du collège, en est convaincu : réfléchir au sens que les participants donnent aux concepts engendre des « mouvements de pensée » ouvrant de nouvelles portes à leur compréhension et la contemplation d‘œuvres d‘art y contribue. Montrer, partager, discuter des méthodes de travail permet de relativiser son chemin et de faire naître des alternatives. Ainsi s‘élargit l‘éventail d‘approches permettant que naisse un espace d‘inspiration sans structures, sans références ou modèles apparemment universels. « En même temps, cette ouverture à l‘autre encourage l‘approche individuelle d‘un thème », ajoute son collègue Florian Osswald, « car il s‘agit d‘opter pour une perspective spirituelle, pour un Je qui perçoit le monde ». Le goethéanisme, en tant que méthode, y contribue ; il est donc lui-même un des sujets de travail des formateurs.


Traduction Jean Pierre Ablard

Programme de formation Goetheanum Adult Education
(en ligne et en anglais, prise en charge d‘autres langues possible par des pairs) Module ‹Modelling ways to address Goetheanism and Steiner‘s perspective on Christ›, du 1er au 4 juin 2022

Photo Florian Osswald, enseignant au sein du programme de formation pour adultes au Goetheanum ( Image symbolique: Xue Li )