Sur les traces de la vie : 100 ans d‘Institut de recherche au Goetheanum

Sur les traces de la vie : 100 ans d‘Institut de recherche au Goetheanum

19 novembre 2021 Sebastian Jüngel 1346 vues

L‘Institut de recherche du Goetheanum a été fondé il y a 100 ans lors de premières expériences sur un « réactif » permettant de rendre visible le vivant. Il travaille aujourd‘hui sur le contexte global dans lequel la vie s‘épanouit et se développe.


« La science moderne est allée de plus en plus loin dans l‘infiniment petit. Pour l‘Institut de recherche, il s‘agit de comprendre le contexte global dans lequel s‘épanouit et se développe le vivant, les végétaux, les animaux et les êtres humains. » Responsable de la section des sciences de la nature dont fait partie l‘Institut, Johannes Wirz décrit ainsi les programmes de recherche de l‘Institut. Biologiste moléculaire, il a travaillé à l‘université de Bâle, Suisse, et obtenu un doctorat en biologie moléculaire du développement. Depuis, il a mis en relation, dans le cadre de projets scientifiques, les résultats actuels de la génétique moléculaire avec la démarche scientifique goethéenne. Un des projets a documenté les effets non intentionnels de modifications génétiques pratiquées sur des plantes cultivées. Les plantes réagissent dans tous leurs organes aux conditions extérieures telles que lumière et ombre, sécheresse et humidité ; ce fut aussi le cas de plantes génétiquement modifiées : la loi interne présidant à l‘émergence de la forme globale a réagi au contexte génétique en l‘intégrant.

Photo: Institut de recherche au Goetheanum


Lors de la création de l‘Institut, la question de départ, la recherche d‘un agent capable de détecter la vie, conduisit aux méthodes par création d‘images (cristallisation sensible, morpho-chromatographie, et cetera). L‘Institut se consacra ensuite à la représentation de la manifestation, au cours du temps, des formes végétales et à l‘application de la morphologie goethéenne à la recherche de remèdes. Un projet d‘amélioration des effets thérapeutiques de l‘armoise (Artemisia annua) est actuellement en cours sous la direction de Ruth Richter. Johannes Wirz étudie les chances de survie de colonies d‘abeilles sauvages installées dans de grands arbres et des ruches tronc de la forêt de Dorneckberg, Suisse. Une équipe étudie sous la direction de Matthias Rang et Siegward Elsas, de la clinique d‘Arlesheim, Suisse, les bases physiologiques cérébrales de la volonté humaine. En collaboration avec l‘Institut de recherche Kwalis de Fulda, Allemagne, Matthias Rang participe en outre au développement d‘un appareil de mesure de l‘émission photonique des aliments. Les collaborateurs de l‘Institut travaillent avec des collègues du monde entier sur un autre thème central : la détermination de la responsabilité de l‘être humain vis-à-vis de la terre et de ses formes de vie, thème d‘actualité ces dernières années en raison de la crise climatique.


Traduction : Jean Pierre Ablard

Web: Institut de recherche au Goetheanum (en allemand, en anglais)