Traute Lafrenz Page

Traute Lafrenz Page

29 mai 2019 Virginia Sease 6854 vues

Le 3 mai, Traute Lafrenz Page fêtait ses 100 ans. Elle est à tous points de vue en bonne santé. Pendant le Troisième Reich, elle était membre du groupe de résistance La Rose blanche dont elle est la seule survivante.


À l’occasion de cet anniversaire, elle s’est vue décorer de la croix du mérite fédérale de première classe. Le ministère des Affaires étrangères à Berlin commentait l’événement sur Twitter en ces mots : « Elle fait partie du petit nombre de ceux qui ont eu le courage de s’opposer aux crimes des national-socialistes. »

En 1947, elle quitta l’Allemagne pour San Francisco afin d’y continuer ses études de médecine. Par la suite, elle s’installa à Chicago.

Calme, compréhensive et expérimentée

Traute Page a fait preuve de chaleur, d’humanité et de compréhension – et, en beaucoup d’occasions, d’humour. Son engagement pendant une époque de bouleversements à l’intérieur de la Société anthroposophique en Amérique fut déterminant. Depuis la fin des années 1970, le travail de la Société a été structuré en trois régions, chaque région installant un council. Les councils régionaux mettaient en place un council national : René Quérido et Virginia Sease pour l’Ouest, Traute Page et Werner Glas pour le Midwest, Dietrich von Asten, Henry Barnes et Carlo Pietzner pour l’Est.

Lors de la première réunion du council national en février 1981, le premier sujet était déjà d’une grande urgence : l’État de New York venait de retirer l’utilité publique à l’immeuble, ce qui signifiait dès lors un loyer de 20 000 dollars. La direction nationale décida de vendre l’immeuble. Dans cette situation, Traute Page se montra calme et compréhensive des sensibilités des membres, expérimentée dans le travail avec les autorités.

Cette décision difficile fut portée devant les membres réunis en assemblée générale en mai 1981. Le council invita la Direction du Goetheanum à la rencontre « Les cœurs commencent à penser ». Avant l’assemblée, ils se réunirent pour évoquer l’avenir de l’anthroposophie à l’Ouest.

Aujourd’hui, Traute Page et l'auteure de cet article sont les seules survivantes de ce premier council général. Elles ont pu suivre le développement et les métamorphoses du travail anthroposophique depuis ce moment crucial il y a 38 ans.

Témoin de moments cruciaux

Les missions de Traute Page pour la Société vont de sa période de co-secrétaire générale à la fin des années 1980, jusqu’au début du siècle suivant. Jusqu'à récemment, elle se rendait régulièrement au Goetheanum et restait ainsi en lien avec le travail mondial. Cette rétrospective se veut aussi un remerciement à Traute Page pour son travail de lectrice de la première classe de l’École de science de l’esprit qui a inspiré des personnes de tous les âges. C’est un vrai plaisir d’adresser des vœux d’anniversaire à une personne aussi exceptionnelle, témoin des moments cruciaux des 20e et 21e siècles.