Vers une économie planétaire

Vers une économie planétaire

27 septembre 2022 Kim Chotzen 435 vues

43 membres de l’Economics Conference de 14 pays ont réfléchi au cours de 14 séances en ligne d’une heure sur le Cours d’économie de Rudolf Steiner (GA 340).


Il y a 100 ans, du 24 juillet au 6 août 1922, Rudolf Steiner rencontrait de jeunes économistes afin de leur transmettre un nouveau langage pour surmonter le nationalisme économique après la Première Guerre mondiale. Cent ans plus tard, une commémoration a eu lieu en ligne ces mêmes jours. Marc Desaules nous a mis dans l’ambiance en déclarant que « le Cours d’économie ne remplace en aucun cas l’aspiration sérieuse à une tripartition sociale. [...] Il s’agit plutôt, tel que je le comprends, d’une dernière tentative de Rudolf Steiner d’aborder la question sociale. ».

Les conférences quotidiennes ont porté sur les associations locales en tant qu’organes de perception utilisant « l’argent comme comptabilité », le crédit personnel sans garantie pour libérer la créativité humaine, des aspects christologiques de la vie économique, la compétence financière associative, les emprunts Jeunes, le capital sans banque pour les entrepreneurs et l’espoir d’un nouveau rôle de l’Occident au lieu d’une domination anglo-américaine. Prendre le Cours d’économie au sérieux signifie apprendre à surmonter l’égoïsme dans la vie économique. De telles pensées peuvent agir comme des gouttes d’eau apaisantes dans un océan de vagues déchaînées.

Quelques conclusions clés : l’emprunt direct et non garanti peut absorber l’intégralité des « accumulations de capital » d’aujourd’hui. Le véritable prix à payer est de servir les besoins économiques des autres plutôt que les nôtres. Les écoles Steiner-Waldorf ont besoin d’une compétence financière associative. À noter dès maintenant : en 2024, le Conseil mondial de l’énergie, fondé par Daniel Dunlop, aura 100 ans.


Texte original The Economics Conference

Demandes d'informations economics@goetheanum.org