Initiative africaine pour les Africains

Initiative africaine pour les Africains

29 août 2023 Michaela Glöckler 2288 vues

La formation All Africa Anthroposophic Training transmet des bases anthroposophiques dont les participants s’inspirent pour leur vie professionnelle dans leurs pays respectifs. La particularité de cette initiative est d’avoir été lancée par des Africains et Africaines pour des personnes intéressées par l’anthroposophie. La dernière semaine de travail s’est déroulée du 6 au 13 août à Zanzibar (Tanzanie).


Suite au module 2017 de l’International Postgraduate Medical Training (IPMT) de la section médicale au Cap, des représentants de 14 pays africains ont demandé s’il serait possible de faire, dans le style de cette formation médicale, un travail de fond anthroposophique en Afrique, ouvert à toutes les professions. Cette initiative avait été précédée par celle de Julia O’Leary, eurythmiste thérapeute au Cap et coorganisatrice de la formation des médecins. Elle avait pris six mois de congé et voyagé dans 37 pays africains pour y visiter des initiatives anthroposophiques et les mettre en réseau : « J’aime l’Afrique et toutes ces initiatives anthroposophiques courageuses, en particulier dans le domaine de la biodynamie, de la pédagogie et de la pédagogie curative ».

Julia O’Leary et Friedemann Schad, médecin-chef à l’hôpital Havelhöhe de Berlin, qui avait réalisé l’IPMT avec Michaela Glöckler, ont décidé d’accéder à cette demande. Il était clair que cette nouvelle initiative, baptisée « All Africa Anthroposophic Training » (AAAT), devait rester une initiative purement africaine dans laquelle les Européens seraient à disposition pour des conseils et des actions, mais où la responsabilité de la formation continue anthroposophique incomberait entièrement aux porteurs africains de l’initiative.

Un groupe de préparation local s’est d’abord formé à Nairobi et a invité à la première session en août 2018. Une seconde initiative a suivi à Kufunda Village (Swaziland) en 2019, une troisième en Tanzanie en 2021 après la pandémie et une quatrième en Ouganda en 2022. Cette année, le concept de formation continue en cinq modules s’achève à Zanzibar et se poursuivra l’année prochaine avec le premier module, probablement en Namibie.

Recherche de soutiens financiers

Jusqu’à présent, il fut possible d’organiser ces semaines de travail avec le soutien de fondations d’orientation anthroposophique comptant chacune entre 100 et 130 participants. Or, fait nouveau, cela ne fut pas possible en 2023 et nous avons dû contracter un crédit dans l’espoir de le rembourser avant la fin de l’année. C’est pourquoi nous serions heureux que le plus grand nombre de personnes lisant ces lignes ne s’intéressent pas seulement au caractère de ce travail fondamental en Afrique, mais soutiennent éventuellement l’AAAT par un don.

Il est en effet indispensable, pour garantir l’intensité nécessaire du travail, de vivre sous le même toit dans un environnement calme et des locaux permettant aussi bien l’eurythmie matinale commune dans une salle adaptée que les contemplations goethéennes quotidiennes de la nature en petits groupes à l’extérieur et des moments à l’intérieur pour l’étude des textes : la location d’un lieu approprié constitue la majeure partie des frais, à laquelle s’ajoute le soutien des participants ne pouvant assumer eux-mêmes qu’une partie ou une faible partie des frais de voyage, logement et nourriture. Ainsi, le besoin annuel s’élève entre 30 000 à 40 000 euros pour la préparation et la réalisation de la semaine de travail. Cet ordre de grandeur est similaire aux besoins en dons pour la formation internationale des médecins IPMT que nous avons organisée pendant des années dans des pays financièrement faibles, où même les médecins gagnent parfois très peu, fait inimaginable en Europe. La situation sociale est encore plus précaire dans de nombreux endroits d’Afrique et chacun contribue aux dépenses dans la mesure du possible. Les professeurs renoncent à toute rémunération et prennent en charge leurs frais de voyage et d’avion au mieux de leurs capacités.

Amitiés interculturelles et interprofessionnelles

La beauté du travail de l’AAAT réside dans le fait qu’il s’agit d’une initiative libre de la vie spirituelle qui existera aussi longtemps qu’il y aura un lieu et des personnes souhaitant un tel travail de base. Les participants sont pour la plupart novices en anthroposophie, un nombre important possède des bases en pédagogie curative, en pédagogie Steiner-Waldorf et en agriculture biodynamique, et témoigne de la reconnaissance pour l’approfondissement proposé.

L’eurythmie matinale commune prépare en même temps à la contemplation goethéenne de la nature, à son tour complétée par l’étude de textes de Rudolf Steiner sur la base d’exercices tirés de Comment acquérir des connaissances des mondes supérieurs (GA 10) ou sur les fondements anthropologiques issus de Théosophie (GA 9).

L’après-midi est consacré aux domaines professionnels d’inspiration anthroposophique. Le groupe de préparation local décide des thèmes qu’il souhaite aborder : pour cette année, le changement climatique, les questions écologiques et sociales, l’agriculture, l’architecture, la pédagogie de la petite enfance, la pédagogie curative, la pédagogie d’urgence et des médias ainsi que l’art-thérapie. Des enseignants de pays africains et européens sont impliqués à parts égales, et certains d’entre eux assurent également les cours ensemble. Les soirées sont consacrées à la rétrospective de la journée, à la présentation mutuelle d’initiatives et de projets (« marché ») ainsi qu’aux réponses aux questions et à des réflexions complémentaires.

C’est ainsi que se créent des amitiés et des réseaux interculturels et interprofessionnels tournés vers l’avenir.


Dons de Suisse et d’Allemagne via ELIANT
Motif du paiement « AAAT Support Fonds »
Adresse de l’expéditeur pour un reçu de dons.

Web All Africa Anthroposophic Training