René Piamonte

René Piamonte

21 septembre 2020 Jean-Michel Florin & Ueli Hurter 2797 vues

René Piamonte fut un grand initiateur du mouvement biodynamique en Amérique du Sud. Né en Colombie, il se sentait partout chez lui en Amérique du Sud. Étudiant à l’université de São Paulo de 1981 à 1985, il rencontra Patricia Flores en 1992 lors d’un congrès de l’Ifoam, l’épousa et fonda avec elle une famille.


Consultant et formateur en biodynamie, René Piamonte a inlassablement accompagné et soutenu des personnes, des domaines agricoles et des projets. Il aimait que les personnes se rassemblent et évoluent ensemble. C’est ainsi qu’il a contribué à l’organisation des congrès annuels tenus en Amérique du Sud.

Célébrer la terre

Sa relation avec le monde entier et la section d’agriculture lui tenait à cœur. Lors du congrès des agriculteurs de 2018 au Goetheanum, il présenta un exposé très complet sur les préparations biodynamiques basé sur ses expériences dans toutes les régions et sous tous les climats d’Amérique du Sud.

Avec lui, l’agriculture biodynamique fut toujours une expérience à transmettre par les mains, la tête et surtout par le cœur. Il sut toucher le cœur de ses interlocuteurs et faire de la biodynamie une célébration de la terre. Les séries de photos accompagnant ses conférences le montrent : il fut aussi une personne aux sens constamment en éveil.

René Piamonte était un être de recherche et de réflexion. Cet aspect de sa personnalité est peut-être resté caché. Mais il y avait dans ses conférences et ses entretiens des moments témoignant de l’ancrage profond de son âme au cœur de l’impulsion biodynamique et de l’anthroposophie. Il avait une vision claire de la terre en tant que théâtre de la lutte de l’être humain en quête de sa nourriture physique et spirituelle.

Créateur de ponts au plan local et global

L’être humain ne procède pas de la sphère terrestre mais sa spiritualité d’origine cosmique doit acquérir en passant par le terrestre une dimension libre, michaëlique. Cette liberté ne peut devenir réalité que si, individuellement et à sa manière, la terre fait partie de son viatique. Cette attitude michaëlique établit un pont, un lien essentiel entre la biodynamie concrète et l’orientation de la vie spirituelle grâce à l’anthroposophie. René Piamonte fut un des co-constructeurs de ce pont.

Il participa avec son épouse à la fondation et au développement de l’Association péruvienne de biodynamie ainsi qu’à la formation de consultants en Amérique du Sud. Ils développèrent en outre une formation biodynamique indépendante au Pérou. Au moment de son décès, son travail était en pleine floraison.

L’impulsion biodynamique et le Goetheanum se veulent cosmopolites. Il leur faut pour y parvenir des personnes issues de cultures non européennes, qui agissent concrètement et peuvent porter cette impulsion. René Piamonte était porteur de cette polarité locale et globale.


Source : Jean-Michel Florin et Ueli Hurter, Goetheanum, sur la base d’informations provenant de sources Internet.