Singularité de chaque individualité

Singularité de chaque individualité

26 septembre 2023 Sebastian Jüngel 2710 vues

Les guerres et les discriminations bafouent la dignité de l‘être humain. Constanza Kaliks et Peter Selg, responsables de la section d‘anthroposophie générale du Goetheanum, dévoilent les apports de l‘humanisme dans le cadre d‘un projet pluriannuel centré sur la présentation de quelques œuvres.


« L‘humanisme a fait entendre au XXe siècle de nombreuses voix », déclare Constanza Kaliks, coresponsable de la section d‘anthroposophie générale du Goetheanum. Comme son collègue Peter Selg, elle voit, dans la confrontation avec les apports de l‘humanisme juif, une tâche existentielle face aux conflits brûlants et aux enjeux de civilisation.

Pourquoi s‘y consacrer précisément par le biais d‘une section de l‘École de science de l‘esprit, une fondation de Rudolf Steiner ? Dans son livre ‹ Anthroposophie, Judentum und Antisemitismus ›, Peter Selg dépeint la relation de Rudolf Steiner avec le judaïsme, le sionisme et l‘antisémitisme. Il s‘agit d‘une relation nuancée, pleine d‘estime pour les réalisations culturelles et scientifiques d‘individualités liées à la culture juive, mais critique à l‘égard d‘un sionisme national que Rudolf Steiner considérait, comme tout autre mouvement nationaliste, dépassé et dangereux. Il choisit en outre, dans les années 1880, des formulations qui suscitèrent l‘irritation de certains de ses amis juifs. Tout en les replaçant dans le contexte des débats de l‘époque, Peter Selg montre que, même plus tard, Rudolf Steiner prit part aux évolutions que connut la Palestine, apprécia l‘œuvre de Martin Buber et se lia étroitement à des sionistes comme Ernst Müller et Hugo Bergman.

Peter Selg et Constanza Kaliks s‘appuient sur des œuvres de philosophes juifs du XXe siècle pour mettre en évidence la façon dont ils ont participé à « une compréhension plus profonde du présent ». Tous deux y voient une affinité avec les préoccupations sociales et spirituelles de l‘École de science de l‘esprit. « Les perspectives décrites dans l‘humanisme juif perçoivent l‘être humain dans sa dimension spirituelle », explique Constanza Kaliks. « L‘humanité de l‘être humain se fonde dans l‘attention portée à l‘autre. Cela inaugure un dialogue avec soi-même, avec les autres et avec le monde, qui renvoie à un horizon élargi de la connaissance. C‘est aussi là que réside la possibilité d‘un échange plus approfondi entre l‘impulsion donnée par Rudolf Steiner à l‘École de science de l‘esprit et les philosophes de l‘humanisme juif ».

Peter Selg et Constanza Kaliks accordent une grande importance à ce dialogue, largement négligé jusqu‘à présent, entre l‘anthroposophie et l‘humanisme juif. Ils ont donc exploré depuis 2021, sur la base de nombreuses sources scientifiques primaires et secondaires, les parcours de vie, les écrits et les réalisations de Martin Buber, Franz Rosenzweig, Primo Levi, Hans Jonas, Hannah Arendt, Simone Weil, Gustav Landauer et Maria Krehbiel-Darmstädter. Des évènements concernant Emmanuel Levinas et Paul Celan sont encore prévus pour cette année. La série se poursuivra en 2024 et 2025 avec des hommages à Ernst Müller, Hugo Bergmann, Gershom Scholem et Margarete Susman.


Livres (en allemand)
Peter Selg, Constanza Kaliks : Die Gegenwart des Anderen. Über Martin Buber und Franz Rosenzweig, Éditions du Goetheanum, 2022
Constanza Kaliks, Peter Selg, Udi Levy, Iftach Ben Aharon : Anthroposophie, Judentum und Antisemitismus, Éditions du Goetheanum, 2023.

Web Série de vidéos sur l‘humanisme juif (en allemand, avec des sous-titres générés automatiquement en anglais)

Web Déclaration en ligne de la Direction du Goetheanum sur l’anthroposophie et le racisme (en allemand) ; Déclaration en ligne de la Direction du Goetheanum sur l’anthroposophie et le racisme (en anglais)

Image symbolique Détail du Goetheanum, Dornach, Suisse (Photo: Sofia Lismont)